Passer au contenu

Repousser les limites des tests d'électronique marine

 

Qu'est-ce qui peut atteindre une vitesse de 50 nœuds, préfère fendre les vagues plutôt que de sauter par-dessus et fournit une plate-forme extrêmement dynamique permettant de tester les capacités de l'électronique marine pour les applications militaires et commerciales ? Réponse : un intercepteur en fibre de carbone de 16 m anciennement dédié à un usage militaire, actuellement en phase finale d'un important refit par Ambex Ltd, une société spécialisée depuis de nombreuses années dans l'intégration des systèmes de navigation Simrad.

Les navires très minces (en anglais Very Slender Vessels ou VSV) ont fait leur apparition au début des années 2000. Ce modèle a été conçu pour réduire les chocs de plus de 20 G ressentis par les équipages de patrouilleurs et de bateaux intercepteurs lorsqu'ils atteignaient des vitesses extrêmes dans des conditions défavorables.

 

Le concept du VSV est simple : au lieu de percuter le sommet des vagues, il est conçu pour les fendre. Cette conception pensée pour fendre les vagues, dotée d'une proue en forme de flèche, a été adoptée par plusieurs services militaires et de police du monde entier. Sa coque très basse s'enfonce dans l'eau, ce qui rend plus difficile sa détection sur un radar. De plus, ce modèle est rapide ! Halmatic a construit un modèle de 16 m d'une largeur d'à peine plus de 3 m, et un autre modèle de 22 m a également été mis en production par un autre constructeur.

Découvrez Ambex

 

Ambex travaille depuis 1980 dans la conception, l'approvisionnement, l'intégration, la formation, les essais et l'assistance pour les systèmes de navigation d'électronique marine, ainsi que pour le secteur des communications et les systèmes de surveillance. Ses domaines de spécialité concernent l'application de la loi et les opérations militaires.

 

La société a travaillé pour la première fois avec des VSV à une époque où ils étaient produits pour diverses forces armées et organisations paramilitaires du monde entier. Will Smith, copropriétaire et directeur d'Ambex, explique : « À l'origine, nous étions impliqués dans l'installation des dispositifs électroniques, de communication et de surveillance pour plusieurs de ces navires VSV. Nous assurions leur entretien et apportions des modifications ultérieures afin d'améliorer leurs capacités tout au long de leur durée de service. Je savais que si nous pouvions, un jour, nous en procurer un, cela nous permettrait de créer une excellente plate-forme pour les tests d'équipement et d'intégration ».

 

« Ambex a pour vocation d'être dans l'action, et ainsi de tester, démontrer, et évaluer différents systèmes électroniques à l'aide des bateaux. Une grande partie de notre travail consiste à trouver des solutions qui répondent à un usage militaire ou de police spécifique. Nos recommandations doivent être testées en mer dans un environnement aussi proche que possible de celui des opérations prévues ».

Un niveau de performances inédit en matière de test

 

Ambex utilise depuis un certain temps un monocoque de 17 m capable d'atteindre une vitesse de 20 nœuds et de conception traditionnelle, appelé Inquisitor. L'entreprise a longtemps cherché à acquérir un navire VSV, et l'occasion s'est finalement présentée en 2019 avec un navire de 16 m, vieux de 15 ans, capable d'atteindre plus du double de la vitesse du monocoque.

 

Au cours des deux dernières années, l'entreprise s'est engagée dans un refit total de la coque nue, comprenant un tout nouveau système de propulsion avec deux moteurs diesel Caterpillar C7.1 à six cylindres de 7 L et 500 ch reliés aux hélices de France Hélices via des boîtiers ZF. Les propulseurs d'étrave de proue et de poupe facilitent grandement la vie dans et autour de la marina.

 

Le navire VSV d'Ambex est conçu pour des usages variés grâce à des améliorations apportées à la coque existante, l'agencement intérieur étant toujours aussi pratique, mais plus confortable, avec la présence notamment d'une douche, de pupitres de commande, d'un espace nuit et d'une cuisine. La sécurité de l'équipage est renforcée par l'utilisation des derniers sièges d'atténuation des chocs fournis par Allsalt Maritime. Les zones d'installation d'électronique marine permettent de remplacer facilement le kit de test.

Les systèmes Simrad au cœur de l'entreprise

 

La société Ambex entretient une relation de longue date avec Simrad et s'est tournée vers l'entreprise pour l'installation des systèmes principaux à l'intérieur du navire, comme l'explique Will Smith : « Avec ses nombreuses jauges analogiques, le poste de pilotage ressemblait à celui d'un vieil avion Dakota. Elles ont été remplacées par un unique écran multifonction Simrad NSO evo3 de 24 pouces dédié. Le poste de navigation possède son propre NSO evo3 de 16 pouces. Nous avons ajouté un poste de pilotage extérieur pour faciliter les manœuvres dans le port. Ce poste est équipé d'un NSS evo3 de 9 pouces. Ces écrans nous permettront de surveiller et de contrôler toutes les fonctions clés du navire, sous tous les angles.

 

« Simrad ayant toujours conçu les meilleurs dispositifs de pilotage automatique au monde, il était logique que nous installions un dispositif de pilotage automatique AP2004 auquel nous intégrons un compas GPS électronique HS60 pour obtenir des informations de cap précises. Nous utilisons également une jauge numérique Simrad IS42J pour servir d'interface entre les moteurs et notre réseau NMEA2000.

Notre choix de radar diffère de la norme pour les bateaux conçus pour fendre les vagues, généralement équipés d'une antenne radôme fermée pour protéger l'antenne des infiltrations d'eau de mer et d'algues. De par sa conception, le navire VSV offre une visibilité limitée depuis le poste de barre principal et peut couvrir près d'un mile par minute à vitesse maximale. Il est important de disposer de la meilleure image radar à courte et longue portée.

 

Nous avons déjà une vaste expérience pratique des très hautes performances du radar à compression d'impulsion Simrad HALO-3 grâce à notre autre bateau de test. Afin de protéger son antenne poutre, nous avons créé un support en fibre de carbone avec un dispositif de séparation pour rediriger les infiltrations d'eau de mer et d'algues. Ce que nous décrivons là est caractéristique de ce que nous faisons pour nos clients : nous concevons une solution d'ingénierie qui répond à un problème spécifique ».

Missions de test

 

Une fois entièrement mis en service, le navire VSV sera chargé de plusieurs tâches, notamment en tant que banc d'essai à grande vitesse pour les équipements Simrad. Ambex travaille actuellement en étroite collaboration avec Simrad dans le cadre d'un contrat du ministère de la Défense couvrant la conception de nouvelles solutions de formation, de plongée et de transport de passagers. Le navire VSV va considérablement étendre la capacité de test des nouvelles intégrations d'électronique marine pour les navires utilisés sur un certain nombre de tâches.

 

La conception connectée de l'installation Simrad en fait également un banc d'essai parfait pour travailler dans le domaine de la recherche de systèmes autonomes. « Le kit de développement logiciel (SDK) de Simrad, le pilote automatique entièrement intégré, le radar et les moteurs à gestion électronique nous permettent de nous interfacer très rapidement avec des solutions tierces pour le contrôle des bateaux sans pilote. Le navire VSV est également un type de bateau avec lequel vous pouvez fendre les vagues sans craindre qu'il ne chavire, contrairement à un hydroglisseur traditionnel ».

 

Ambex prévoit également que le VSV fera également un très bon bateau de poursuite à grande vitesse autonome, voire même pour la dernière génération de yachts à foils. Étant donné que les foilers participant à la coupe de l'America atteignent désormais 50 nœuds, les nouvelles générations de bateaux à voile sont aujourd'hui en train de surpasser de nombreux bateaux à moteur.

Cependant, le rôle premier du navire VSV d'Ambex est d'être utilisé lors de tests. Bien que la force G soit inférieure à celle d'un bateau plus large à grande vitesse, la dynamique en jeu permet un test suffisamment rigoureux du matériel, de l'intégration et de l'ergonomie pour l'utilisateur.

 

« Le bateau nous appartient, ce qui nous permet de l'utiliser à notre guise », explique Will Smith. « Nous sommes une petite entreprise et nous pouvons prendre des décisions immédiates pour modifier la configuration selon les besoins, afin de nous adapter à une spécification donnée ».

 

Le VSV sera exploité au Royaume-Uni depuis l'ancien chantier naval Royal Naval Royal Clarence, maintenant une marina dans le port de Portsmouth, à quelques minutes seulement du large. Si vous naviguez dans la région de Solent ou prévoyez de vous y rendre cet été, vous apercevrez peut-être le sillage et les éclaboussures créés par les hélices du VSV. Il pourrait bien s'agir d'Ambex qui teste les futures configurations dédiées à l'électronique marine.

Panier 0 article(s)