Passer au contenu
final-sonar-collective-header.png

Groupe  sondeur

Par Kim Hollamby

Groupe  sondeur

Par Kim Hollamby

Améliorer les détails dont nous disposons sur la forme et la nature du lit de la mer, des lacs et des rivières : une révolution « sociale » pour des milliers de propriétaires de bateaux de par le monde. C'est une évolution particulièrement bienvenue dans les eaux moins fréquentées et les lacs et rivières inexplorés, mais pourquoi est-ce nécessaire en premier lieu ?

 

En cette ère de la conduite automobile assistée par GPS, nous pouvons nous attendre à ce que chaque route soit cartographiée de manière suffisamment détaillée pour ne jamais risquer de nous perdre. Parfois, une mise à jour logicielle est nécessaire pour inclure les chantiers sur les routes et les changements de circulation les plus récents. Cependant, à moins de faire du hors-piste sur une route de campagne peu fréquentée, il est extrêmement peu probable que vous vous retrouviez totalement livré à vous-même.

Vu notre expérience quotidienne au volant, il serait tentant d'imaginer que les informations que nous pouvons voir sur une carte marine sont précises jusqu'aux moindres détails, mais il existe de bonnes raisons pour lesquelles ce n'est pas toujours le cas. Si les rochers peuvent ne pas bouger, les lits des rivières, des lacs et des mers changent vite de caractéristiques, parfois après une seule tempête ou inondation. Nous devons également nous demander si la région dans laquelle nous naviguons a déjà été correctement cartographiée.

 

Pour comprendre cette dernière interrogation, il nous faut revenir au temps des cartes sur papier.

Sources de données pour cartes marines

 

Si vous prenez une carte marine traditionnelle et que vous regardez le panneau de données source qui y est imprimé, préparez-vous à être surpris par la date indiquée. Dans les régions où la navigation et le trafic maritime sont denses, il est très probable que les relevés hydrographiques professionnels sur lesquels les cartes sont basées ont été effectués relativement récemment. Si vous naviguez dans des eaux moins profondes ou moins fréquentées, par contre, ne vous étonnez pas de voir que le relevé est ancien, et qu'il peut même remonter à plus d'un siècle. Pour replacer cela dans son contexte, rappelons que les relevés hydrographiques étaient toujours effectués avec un plomb de sonde jusqu'au milieu du XXe siècle, au moins.

 

Si cette méthode est souvent très précise, le nombre de fois que vous pouvez sonder le fond avec un plomb de sonde est limité. Les contours de profondeur intermédiaires étaient souvent interpolés entre les sondages. Il est toujours nécessaire aujourd'hui d'interpoler entre les relevés de fond, car même avec des sondes modernes qui émettent des pings à 20 points de données par seconde, il est impossible de couvrir chaque centimètre du fond. Bien que la technologie nous permette aujourd'hui de disposer de cartes beaucoup plus précises, aucune ne pourra indiquer les caractéristiques uniques d'un fond s'il n'a pas été physiquement sondé par un bateau hydrographique. Les choses deviennent plus intéressantes encore si vous mettez le cap sur une baie isolée ou sur l'intérieur des terres en remontant un ruisseau ou une rivière qui n'a guère d'autre fonction que la navigation de plaisance. Il est possible que ces zones n'aient jamais fait l'objet d'un relevé précis.

Défis des eaux mal sondées

 

Vous aventurer dans des eaux qui n'ont pas fait l'objet de relevés ou qui ont été sondées il y a bien des années est un challenge amusant, tant que vous gardez à l'esprit que vous êtes beaucoup plus dépendant de vos propres compétences.

 

En règle générale, plus la zone est reculée, moins vous pourrez vous en remettre entièrement à la carte, et il vous faudra surveiller attentivement les autres indicateurs, comme votre sondeur de profondeur, l'écran sondeur si vous en disposez d'un, les changements dans la surface et la couleur de l'eau – et même le signe le plus flagrant : des regroupements de plusieurs bateaux dans certaines zones !

 

Avant d'être trop contrariés par le fait que la cartographie marine n'est probablement pas aussi fiable que les cartes routières, lorsque nous arrivons dans l'équivalent aquatique d'un chemin de campagne,

nous devons nous rappeler que les deux tiers de la surface de la Terre sont composés d'eau. Moins de 0,2 % de la masse terrestre correspondent à une forme quelconque de route, de parking, de voie ferrée, de cour, de terrain en dur ou de piste d'aéroport. Et à part un tunnel, tout est également visible depuis les airs, ce qui facilite nettement le travail des cartographes.

 

Plus que jamais auparavant, les organisations hydrographiques du monde entier recourent à la technologie pour mettre à jour les cartes marines et garantir une navigation en toute sécurité. Mais vu l'ampleur de la tâche, rien d'étonnant à ce qu'il y ait des moments où il ne serait guère judicieux pour les plaisanciers de faire confiance aveuglément à la cartographie marine officielle. Heureusement, nous avons accès à des technologies qui nous offrent de nets avantages par rapport aux navigateurs d'antan qui utilisaient des plombs de sonde.

Une révolution numérique en matière de sondage

 

Aujourd'hui, les plaisanciers disposent de plus d'informations que jamais sur le monde qui se déploie sous leur quille. Au cours de la dernière décennie, le domaine de l'électronique marine a connu de nouveaux développements passionnants, en partie sous l'impulsion des amateurs de pêche, mais avec d'excellentes retombées pour tous les skippers. Simrad® est un leader mondial dans l'intégration de ces riches couches de perception sous-marine instantanée directement dans les écrans intégrés de votre bateau.

 

Des représentations graphiques de ce qui se trouve sous la surface sont désormais disponibles sur les équipements à destination des plus petites embarcations jusqu'aux superyachts, fournissant non seulement des relevés de profondeur en temps réel sous le bateau, mais également des visualisations 2D et 3D en couleur des contours de profondeurs et de la composition du fond autour de vous.

 

Dans de prochains articles, nous explorerons certaines des fonctionnalités et applications pratiques des systèmes de sondeur Simrad®, y compris les sondeurs prospectifs de la gamme. Et si vous pouviez passer à la vitesse supérieure et enregistrer vos explorations pour pouvoir vous y référer plus tard ? Ou mieux encore, si vous pouviez partager ces données de manière collaborative pour en faire profiter d'autres skippers, et accéder aux cartes compilées à partir de leurs propres sondeurs ?

Une révolution sociale en matière de cartographie

 

C'est le principe de Genesis® du spécialiste de la cartographie C-MAP®, une société sœur de Simrad® au sein du groupe Navico®. Le cœur de ce concept est la capacité du système à générer automatiquement un fichier cartographique téléchargeable dans le Cloud à partir des logs sondeur que vous enregistrez sur votre système Simrad® compatible, puis que vous importez. Ces fichiers n'ont pas l'ambition de remplacer vos cartes, mais ils les complètent, vous offrant un niveau plus riche d'informations détaillées sur les zones dans lesquelles vous naviguez. Une fois que vous aurez enregistré une particularité sous-marine donnée, vous n'aurez plus besoin de la garder en tête. Ce niveau d'abonnement Genesis est gratuit.

 

Si vous souscrivez à Edge, la version payante de Genesis, vous bénéficiez de fonctionnalités plus pointues pour utiliser vos propres cartes, notamment la fusion de plusieurs tracés de sondeur, la visualisation de la dureté du fond en zones avec code couleur, la relecture de vos enregistrements de sondeur et l'option de garder vos données secrètes – ce magnifique spot de pêche que vous venez de découvrir, par exemple.

Vous avez également la possibilité d'ajouter une couche de « végétation », pour identifier les zones du fond où poussent des plantes subaquatiques. Cette fonctionnalité est destinée à la communauté des pêcheurs, pour les aider à trouver, et à attraper, du poisson. D'autres skippers pourraient également l'utiliser pour marquer les zones de végétation marine, de coraux et d'autres environnements sensibles où vous voudrez éviter de jeter l'ancre. Il est intéressant de noter que les gouvernements et les chercheurs du monde entier utilisent cette fonction de cartographie de la végétation dans une plate-forme Cloud similaire appelée BioBase (biobasemaps.com), afin de répertorier l'évolution de la végétation et de protéger l'habitat des poissons.

 

Genesis propose également une collection mondiale de cartes sociales gratuites créées par d'autres utilisateurs. Pour un aperçu fascinant de la manière dont les pièces du plus grand puzzle du monde s'assemblent, vous pouvez accéder gratuitement à [genesismaps.com/Dashboard/SocialMap] (https://genesismaps.com/SocialMap). Vous verrez que dans certains cas, des zones entières ont été couvertes ; dans d'autres régions, les fichiers log importés proviennent encore d'un simple passage effectué de A à B. Avec le temps, il est certain que de plus en plus de lacunes seront comblées.

Intégration de Simrad® avec Genesis

 

Moyennant l'intégration à un sondeur compatible, les traceurs de cartes, les sondeurs et les systèmes de navigation multifonction Simrad® capables d'utiliser C-MAP Genesis sont les gammes NSO™, NSS™ et GO™.

 

Pour en savoir plus sur C-MAP Genesis et visionner des vidéos présentant le fonctionnement du système, consultez

Panier 0 article(s)