Passer au contenu

Lorsque le bateau est le problème

 

Les pilotes automatiques Simrad® sont utilisés sur une large gamme de bateaux, des bateaux à déplacement avec configurations en V profond aux bateaux à grande vitesse. Une telle diversité implique également que les systèmes de pilote automatique doivent être capables de prendre en charge des performances tout aussi variées. Alors que certains bateaux sont naturellement stables et nécessitent très peu d'assistance, d'autres requièrent des ajustements de cap plus fréquents.

 

Quel degré d'assistance votre bateau requiert-il du pilote automatique et comment le savoir ?

« Vérifiez d'abord le degré de facilité du pilotage manuel, pour savoir quels efforts le pilote automatique doit déployer pour maintenir un cap. Si vous éprouvez des difficultés à régler le système pour qu'il puisse fonctionner avec précision à différentes vitesses, ce test manuel est particulièrement utile », explique Eirik Hovland, chef de produit chez Simrad. « Revenir aux bases, c'est le mot d'ordre ! »

« Le degré d'assistance requis varie selon le bateau, en fonction de plusieurs caractéristiques de conception. Certains bateaux nécessitent plus d'informations de direction que d'autres. Par exemple, les pneumatiques semi-rigides légers avec coques à fond plat peuvent être moins stables dans des conditions de vent qu'un bateau à moteur à fort déplacement ».

L'un des principaux problèmes qui se pose, ici, est que lorsque vous pilotez le bateau manuellement, vous anticipez peut-être les corrections requises. Or, le pilote automatique ne peut corriger qu'un offset ; il n'est généralement pas à même de prédire une situation de la même manière qu'un cerveau humain. »

 

« Généralement, une coque en V est plus stable qu'une vraie coque planante », poursuit-il. « Mais il existe d'autres facteurs qui peuvent affecter le comportement d'un bateau et les exigences qu'il impose à un pilote automatique ».

 

« L'un des bateaux de test que nous avons ici, à Egersund, tangue et barre mal à faible vitesse. Même si vous réglez parfaitement le pilote automatique, il oscille autour du cap. C'est en partie dû à la conception de la coque, mais aussi parce qu'il est équipé d'un sterndrive qui, dans ce cas, tend à aggraver la situation ».

« Si vous avez un unique arbre de transmission et un gouvernail central sur une coque en V ou un quillard, votre cap est beaucoup plus stable et plus facile à régler. »

 

Les contraintes physiques du système de pilotage peuvent également impacter l'efficacité d'un pilote automatique. Pour comprendre où se situent les problèmes potentiels, vous devez avant tout savoir si vous disposez d'un système de pilotage mécanique ou hydraulique. Comment vous en assurer ?

 

« Même si vous n'êtes pas en mesure de voir dans les coulisses votre système de pilotage, il est relativement facile de l'identifier », explique Tonnes Haavarsen, expert produit Simrad. « Si la barre bouge lorsque le pilote automatique est activé, votre système est mécanique. Dans le cas contraire, votre système est probablement hydraulique.

« L'un comme l'autre peuvent développer des problèmes qui peuvent à première vue sembler venir du pilote, alors qu'ils émanent d'un jeu dans le système de pilotage.

 

« Pour les unités de puissance mécaniques, il est important de s'assurer de l'absence de jeu dans les connexions et les fixations, tandis que dans un système hydraulique, c'est la présence d'air qui peut poser problème. Dans les deux cas, il vous faut résoudre ces soucis, car aucun réglage du pilote ne peut les compenser. »

eirik.png

Eirik Hovland

Chef de produit

Basé à Egersund, en Norvège, Eirik est un skipper expérimenté et doté d'une grande expertise dans les pilotes automatiques de navigation de plaisance et professionnelle. Il a débuté comme développeur de logiciels dans le domaine des pilotes automatiques, avant de devenir ingénieur système, une grande partie de son travail consistant à valider les systèmes de pilote automatique.

tonnes.png

Tonnes Haavarsen

Expert produit

Entré dans le domaine des systèmes de pilote automatique en 1978, Tonnes en possède une connaissance approfondie et a pu assister aux considérables évolutions dans le secteur. Également basé en Norvège, son travail se concentre principalement sur le volet technique d'une vaste gamme de pilotes automatiques pour la navigation de plaisance et professionnelle.

 

Panier 0 article(s)